Le village de Teulada se trouve au sud-ouest de la Sardaigne. Situé sur la splendide Costa del Sud, il est célèbre pour ses merveilleuses plages aux eaux cristallines. Il est entouré d'un paysage encore sauvage et intact et conserve des parcours et des points de vue offrant mille surprises. Sa côte est une succession de longues plages et de zones âpres et découpées, dont le splendide Capo Malfatano qui constitue une grande partie du littoral jusqu'au Capo Teulada, sa pointe extrême. Teulada offre aussi au visiteur de magnifiques paysages d'altitude, avec la forêt de Gutturu Mannu et le Monte Punta Sebera. Le nom Teulada vient du latin tegula, et rappelle la grande production de terre cuite dans cette région. Le territoire fut autrefois occupé par des populations autochtones, comme en témoignent la vingtaine de nuraghes et les nombreuses découvertes archéologiques, tel le site de la grotte du Monte Sa Cona, utilisée par les populations pré-nuragiques comme lieu de sépulture et qui a restitué des céramiques attribuables à la culture de Bonnanaro. Les Phéniciens et les Puniques ont exploité les accueillantes côtes de Teulada à partir de l'Age du Fer. Parmi les sites importants, celui de Malfatano est notable, avec les restes du tophet punique dans l'îlot devant la plage de Tuerredda, le port de Melquart immergé et, près de la plage de Piscinnì, une ancienne carrière punique. Durant la période romaine, la ville de Teulada était située près de la côte, sur le site appelé aujourd'hui Sant'Isidoro. La ville se trouvait sur la route de communication qui reliait Karalis à Sulci. Le village, né sur la côte, s'est ensuite définitivement déplacé vers l'intérieur à cause des continuelles attaques des Sarrasins, qui rendaient les côtes dangereuses. Pendant le Moyen-âge, le village a été intégré dans la curatoria du Sulcis, et faisait partie du Judicat de Cagliari.

Avec la grande beauté de son territoire, Teulada mérite une visite pour ses splendides plages de Tuerredda et de Porto Tramatzu. Les amateurs de nautisme y trouvent un port de plaisance, rénové depuis quelques années, qui peut accueillir jusqu'à 133 bateaux d'une longueur maximum de trente mètres. Le port de Budello, avec ses bateaux de pêche typiques, et celui du Capo Malfatano sont petits mais ont beaucoup de caractère. Ceux qui aiment la nature peuvent faire de belles excursions dans la forêt de Gutturu Mannu, riche d'endémismes, de chênes et chênes liège séculaires, et d'un maquis méditerranéen aux mille couleurs et parfums. La zone montagneuse est parsemée de nombreuses et belles grottes qui peuvent se visiter, accompagné par les guides du Spéléo Club de Teulada. Le village est fait de ruelles étroites qui grimpent dans le vieux centre historique, et d'autres plus droites. Dans le centre, l'église paroissiale de la Madonna del Carmelo mérite l'attention. Construite au milieu du XVIIe siècle, elle a une façade de forme néoclassique et possède de très beaux ornements de marbre. L'église San Francesco, de style gothique flamboyant, présente une nef couverte d'une charpente de bois et une façade très simple, avec un clocher à peigne. Dans la campagne, la chapelle Sant'Isidoro se trouve sur le site du premier emplacement de la Teulada antique. Devant l'église paroissiale, la maison seigneuriale des Sanjust, les seigneurs féodaux de Teulada, est aujourd'hui consacrée à des expositions temporaires. Les traditions sont très fortes : l'artisanat va du textile, avec les tapisseries et les tapis, au travail du liège, de la peau et de la céramique. La broderie est pratiquée depuis des temps anciens, et un point particulier est appelé ' point de Teulada ' car il a été inventé ici. Le costume masculin de Teulada est célèbre car il est particulier et caractéristique par rapport aux autres costumes traditionnels sardes. Fortement influencé par l'Espagne, il se compose d'un sombrero gris à large bord, d'une veste de type boléro et d'une chemise à haut col en toile de lin. Les bragas (pantalons) sont larges et arrivent à mi-mollet. Dans la ceinture de cuir est placée une amulette contre le mauvais œil, appelée sa punga a giunchiglia. Les fêtes religieuses sont très suivies et la population y participe en grand nombre. Fin juin, on fête la Saint Jean Baptiste, avec le rite de is goppais e is gommais de froris (les parrains et les marraines de fleurs) et on allume su fogaroni (le feu). En juillet, c'est la fête de la sainte patronne, la Madone du Carmel, et en août celle en l'honneur de Saint Isidore, patron des agriculteurs. La statue du saint est portée en procession jusqu'à la chapelle de campagne, suivie par de nombreux groupes en costume traditionnel venus de toute l'île. Cette manifestation estivale attire un grand nombre de touristes. En août encore, le grand jardin de la maison seigneuriale accueille la Fête du pain et du fromage. Les femmes âgées du village, en costume traditionnel, travaillent la pâte pour le pain, qui est ensuite mis à cuire dans le four à bois, et offert aux touristes. Enfin, la rencontre internationale ' Scultura e Pietra ' (Sculpture et Pierre), devenue un important évènement international, connaît chaque année une forte participation d'artistes provenant du monde entier.