Au beau milieu du Sulcis, Sant'Anna Arresi est un gracieux village aux mille attraits. Depuis un certain nombre d'années d'ailleurs, il vit un développement touristique tout à fait remarquable. Son toponyme se compose du nom de la sainte patronne du village, auquel s'ajoute celui du nuraghe a tancato qui se trouve en plein centre habité, à côté de l'église paroissiale . cette dernière, qui avait été construite au milieu du XIXe s., est aujourd'hui remplacée par une église moderne située non loin de là. Les recherches menées jusqu'à aujourd'hui indiquent que le territoire d'appartenance de Sant'Anna Arresi a été fréquenté dès l'ère nuragique, soit à l'âge du Bronze, comme le prouvent également les nuraghes et les tombes de géants que l'on peut y rencontrer. Mais toute cette région prit de l'importance pendant la domination punico-phénicienne, et romaine par la suite, en vertu des facilités d'accostage qu'offrent ses côtes. Le centre habité actuel, qui naquit en 1700, se développa justement autour du nuraghe qui domine encore aujourd'hui la place principale du village . un premier noyau de maisons rurales se forma par la suite, et il grandit peu à peu jusqu'à atteindre les dimensions actuelles.

Comme nous venons de le souligner, le nuraghe Arresi s'élève au centre du village, entre les deux églises (l'ancienne et la moderne), toutes deux consacrées à sainte Anne. Ce nuraghe est de type a tancato, c'est-à-dire constitué d'une tour principale au nord et d'une tour secondaire au sud, liées entre elles par un mur délimitant une cour intérieure. Non loin de là, on peut également admirer une source datant de l'ère nuragique. Un autre nuraghe, tout aussi intéressant, est celui de Coi Casu : situé à quelques kilomètres du village, il est possible de le visiter, même s'il est encore fouillé. Si sa structure n'est pas totalement révélée, on sait que c'est un nuraghe complexe entouré des restes d'un grand village. La route menant à ce site est bordée de deux principaux étangs qui constituent les zones humides de Sant'Anna Arresi : l'étang de Maestrale et celui de Is Brebeis. Au bout de se littoral lagunaire - qui abrite une avifaune variée avec des échasses blanches, des cormorans, des cormorans huppés et même des flamants roses - s'élève le promontoire de Porto Pino, dominant la localité balnéaire portant le même nom, immergée dans une pinède d'environ 90 ha où se trouvent les maisons des vacanciers, souvent cachées par une épaisse végétation : le pin d'Alep y côtoie le genévrier cade et le genévrier de Phénicie (qui sont endémiques dans cette région) ainsi que le rare chêne des garrigues à l'état d'arbuste. Mais le plus bel attrait de cette localité est incontestablement la plage de Porto Pino : ses kilomètres de sable très fin à la blancheur étincelante se transforment à la limite de la commune de Teulada en dunes d'environ 30 m de haut qui, avec l'intensité du bleu de la mer, créent un contraste à la beauté incomparable. La principale fête de Sant'Anna Arresi, consacrée à la sainte patronne, se déroule le 26 juillet : la statue de la sainte est portée en procession, suivie des groupes folkloriques venant de tous les villages alentours. Mais l'événement mondain le plus renommé est sans aucun doute "Ai confini tra Sardegna e jazz", un Festival de jazz qui se répète depuis plus de vingt ans (entre août et septembre) et qui attire un public très nombreux, curieux d'assister aux performances d'artistes célèbres aussi bien en Italie que dans le monde entier. Ce festival est aussi l'une des manifestations les plus prestigieuses se déroulant pendant l'été en Sardaigne.