Bitti se trouve à 549 m d'altitude, à la limite de la nouvelle province de Olbia-Tempio. C'est un des villages les plus connus de la région de Nuoro et le plus important de la partie nord de la Barbagia. Cette bourgade pastorale doit sa récente notoriété au groupe musical des Tenores de Bitti qui a conquis l'Europe entière avec son interprétation des chants polyphoniques traditionnels sardes. D'après un grand nombre de chercheurs, le dialecte de Bitti serait le dialecte sarde le plus proche du latin. L'histoire de Bitti a des origines très anciennes, puisque son territoire commença à être habité dès la préhistoire et continua à l'être pendant toute l'ère nuragique. Le site archéologique de Su Romanzesu, en particulier, a révélé l'existence de très anciens établissements humains. La structure architecturale du village est typiquement agro-pastorale, avec de grandes maisons basses et des ruelles très étroites entourant la vieille ville.

Sur la place Giorgio Asproni, on peut visiter la maison paroissiale de l'église de San Giorgio Martire (XIXe s.) qui abrite une petite collection de pièces archéologiques. Non loin du village, dans la direction de Orune (la route est bien indiquée par des panneaux mais pas toujours facile à suivre), se trouve le temple nuragique à puits de Su Tempiesu : il comprend un certain nombre de pièces réalisées avec de grandes pierres basaltiques carrées dont le puits sacré, alimentée par une veine d'eau utilisée lors de rituels. Les campagnes environnantes sont parsemées d'églises champêtres (comme celles de Santo Stefano et de Babbu Mannu, à savoir le Saint-Esprit) où se déroulent des fêtes religieuses pendant l'année. Enfin, le village de Bitti a vu la naissance d'un certain nombre d'hommes qui se sont battus pour les droits de la Sardaigne et du peuple sarde tels que Giuseppe Musio, magistrat et sénateur du Royaume d'Italie, ou encore le député Giorgio Asproni.