' C'est un village ancien et fermé, où demeurent, peut-être plus que nulle part ailleurs, les usages, les habitudes, les coutumes, les traditions populaires les plus anciennes, et l'intelligence, et la valeur d'une vie d'autant plus énergique qu'elle est limitée, pleine de capacité d'expression, de puissance personnelle, et de solitude... ' C'est ainsi que l'écrivain Carlo Levi évoque dans son livre ' Tutto il miele è finito ' (1964) l'intense impression qu'il a eu de ce village, mystérieux et fascinant, de la région de Nuoro. Orune se situe dans un territoire protégé par les pointes de Cuccumache, Cuccureteti et Sant'Andria, et domine la vallée de Marreri, au centre-nord de la Sardaigne. La région qui entoure le village est une succession d'imposants hauts-plateaux granitiques et de vallées profondes, occupée par de denses forêts de chênes et baignée par des sources.

Les vestiges archéologiques attestent de l'ancienneté de la fréquentation humaine du territoire d'Orune. De fait, c'est un milieu naturel généreux qui associe de vertes étendues favorables à l'élevage et des reliefs imposants et protecteurs. La couronne de montagnes qui domine le site donne son origine au toponyme, qui vient du grec oros, qui signifie montagne. C'est au milieu de ces montagnes qu'est né en 1922 le célèbre intellectuel sarde Antonio Pigliari, mort à Sassari en 1969, auquel on doit de profondes et riches réflexions sur le monde de la Barbagia, ses codes et ses règles d'honneur. Au cœur du village se trouve l'élégante maison Murgia, un petit palais de maître du début du XXe siècle. A visiter, les dolmens d'Isthiti, proches de la tombe de géants du même nom, les menhirs et Sas Perdas 'Ittas. La visite des sites archéologiques est aussi l'occasion d'agréables promenades parmi les sources et les temples à puits, comme celui de Lorana, la source sacrée de Su Lidone et le temple à puits de Su Tempiesu, un véritable joyau de trachyte. La campagne comprend une série de nuraghes et de villages nuragiques : les nuraghes Santa Lulla, Su Pradu, Salile, Curtu, Ederosu, Serra de Mesu, Ila et le village nuragique de Sant'Efis.

L'artisanat d'Orune est très renommé pour le travail du liège, le tissage des tapis et la confection de costumes traditionnels. Le vêtement traditionnel d'Orune est fait de velours et de chaussures compliquées cousues à la main. Mais le village est surtout célèbre pour le raffinement de sa tradition gastronomique, fondée sur le fromage typique accompagné de pain carasau, le cochon de lait rôti, l'agneau et le chevreau, le pot au feu de mouton avec des pommes de terre et des oignons, les pâtes faites à la maison et de délicieux gâteaux. Le 3 février, les rues du village accueillent la fête de Santu Biasu, le premier lundi d'août celle de Su Cossolu, et le dernier dimanche d'août la fête de Su Carmini. Les participants à toutes ces festivités portent le costume traditionnel, celui des hommes d'une élégante simplicité, celui des femmes orné d'un corset de tissu rouge rebrodé. Le rite de Sas Animas, dont les acteurs sont les enfants qui passent de maison en maison pour demander des fruits et des gâteaux, est particulièrement animé.