Le village de Sadali est situé au bord du vaste haut-plateau calcaire du Taccu di Sadali. Ce bourg pittoresque, dont l'origine est probablement antérieure à 1335, se développe autour de sa vieille église paroissiale consacrée à saint Valentin.
Son altitude (environ 750 m), fait que son territoire d'appartenance est très varié, avec des forêts de chênes verts, de rouvres et de chênes lièges. L'origine de son toponyme demeure incertaine, même elle remonte probablement à l'époque préromaine. Au Moyen-Âge, Sadali faisait partie de la
curatoria de Barbagia de Seulo, dans le Judicat de Calari.

L'église paroissiale a une certaine valeur historique puisqu'elle date de la fin de l'époque byzantine et qu'elle abrite un ancien autel en bois datant du XVIIe s. En outre, c'est la seule église en Sardaigne consacrée à ce martyr romain ayant vécu au IIIe s. Non loin de cette église, une cascade se jette dans un gouffre souterrain appelé Sa bucca manna (qui signifie ' la grande bouche '). Il est donc particulièrement agréable de se promener dans les rues du village et de jouir de la fraîcheur et du joli bruit de cette cascade, ce qui est très rare en plein centre habité. Dans les alentours de Sadali, on peut en outre admirer trois églises : celle de Sant'Antonio - dénommée Sant'Antonio de su fogu -, celle de Santa Maria (XVe - XVIe s.) et celle de Sant'Elena imperatrice. Qui plus est, tout près du centre habité se trouve le nuraghe Accodulazzo (ou Accoudulassu) dans lequel ont été trouvés des éclats d'obsidienne, des morceaux de terre cuite datant de la préhistoire ainsi que des fragments de céramique de l'époque romaine. De plus, la grotte Is Janas, qui se développe sur environ 350 m, peut être presque entièrement visitée (cinq salles sur les six qu'elle contient) avec un guide. D'après la légende, ces cavités auraient servi de demeure à trois janas, à savoir des personnages mythologiques moitié fées moitié sorcières qui sont les protagonistes d'une très vieille légende. Par ailleurs, la campagne environnante est embellie par la présence de la grande cascade Su Stampu de Su Turrunu qui descend le long d'une paroi verticale au beau milieu d'un décor naturel réellement enchanteur. Enfin dans le village, le vieux moulin à eau construit en bois et en fer au XVIIe s. abrite une collection d'outils que les habitants de Sadali utilisaient dans leurs travaux quotidiens. Chaque année, un certain nombre de fêtes animent les rues du village comme celle de la ' Madonna d'Itria ', lors de laquelle une procession aussi solennelle que colorée part du centre de Sadali pour rejoindre l'église champêtre à une dizaine de kilomètres de là.