Entouré de forêts de chênes verts où coule le Flumedosa, et à l'abri de la chaîne montagneuse du Gennargentu, le village de Seui est parmi les plus beaux de l'intérieur des terres. Son toponyme est d'origine incertaine, même si l'on sait qu'il ne vient probablement pas du latin. Des vestiges de nuraghes disséminés sur son territoire d'appartenance montre qu'il a été habité bien avant la domination romaine. Au Moyen-Âge, il fit partie de la curatoria de la Barbagia de Seulo, dans le Judicat de Calari. Après la domination des Pisans, il intégra le système politique et administratif du règne catalano-aragonais puisqu'il faisait partie des fiefs de Nicolò Carròs, Bartolomeo Subirats et Guglielmo Montgry. Déjà en 1365, il retrouva cependant les institutions sardes en intégrant le Judicat d'Arborea, avant de finalement retourner au fief des Carròs. Dans le village, tout autour de l'église paroissiale Santa Maria Maddalena, le visiteur peut agréablement se perdre dans un dédale de rues bordées tantôt d'immeubles du XIXe, tantôt de maisons construites en pierre schisteuse et selon les canons de l'architecture rustique avec des arcs élégants, des balcons en bois et des toits de tuiles. À environ 3 km du centre habité, la mine de charbon de San Sebastiano - découverte en 1827 par Alberto Lamarmora - est entourée d'un bourg antique, suspendu entre passé et présent, mais d'un grand attrait pour tous ceux qui veulent s'aventurer dans la Sardaigne montagneuse.

L'église paroissiale de Santa Maria Maddalena, qui fut construite au XVIIIe s. mais réaménagée par la suite, est très intéressante à visiter avec son bel autel en bois et ses fonds baptismaux datant du XVIIe. Le long de la via Roma, ainsi que dans la vallée en contrebas, on peut observer de belles maisons en pierre schisteuse et bois, avec des balcons en fer battu, en particulier la ' casa Farci ' ainsi qu'un petit immeuble Art nouveau du début du XXe : si la première est une maison-musée illustrant les traditions de Seui ainsi que la vie de l'écrivain et homme politique Filiberto Farci, le second abrite un musée archéologique et ethnographique. En outre, il est très intéressant de visiter la vieille prison espagnole de 1647, où se sont malheureusement succédé de tragiques événements. En outre, dans le bâtiment de l'ancienne mairie construit à la fin du XIXe s . et appelé S'Omu Comunali, la Galerie municipale expose de nombreux objets d'art parmi lesquels de précieuses toiles de l'école caravagesque (XVIIe s.).

Le 24 juin, la fête de saint Jean-Baptiste est une tradition incontournable à Seui : pour l'occasion, les bergers offrent un déjeuner communautaire préparé à base de viande et dénommé su cardamponi. En revanche, la saint Sébastien et la saint Antoine le Grand se distinguent par leurs grands feux de joie. Non loin du village, on peut visiter l'antique laverie de la mine d'anthracite de San Sebastiano, exploitée jusqu'en 1950, ainsi que le nuraghe "Ardorai", sans oublier l'église champêtre de San Cristoforo, perchée à environ 1000 m d'altitude et complètement immergée dans la nature. Enfin, les promenades dans la forêt domaniale de Montarbu réservent de belles surprises : non seulement l'air est imprégné des parfums de plantes endémiques, mais de rares espèces animales y habitent.