Le Musée se trouve sur la colline Sant'Onofrio à Nuoro. Il présente des objets, artistiques ou pas, de la Sardaigne traditionnelle (vêtements, bijoux, tissus, objets de bois, armes, masques, pains, instruments de musique populaire, ustensiles et outils de la maison et de travail). Une grande attention est donnée à la production de musique, de danse et de chant liée à la religiosité populaire. Les collections comprennent environ 8 000 pièces, remontant pour la plupart à la période comprise entre la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle. Le musée expose environ 80 vêtements masculins et féminins et différentes pièces de vêtements d'enfants, tous authentiques et qui ont été réellement utilisés avant d'être acquis. Ils sont représentatifs des types de costumes des différentes sous-régions historiques et géographiques de l'île et sont exposés en roulement, pour les préserver et aussi pour permettre de montrer la majeure partie de la collection. Le Musée présente aussi une très vaste collection de bijoux et d'amulettes.

De nombreuses pièces font partie intégrante du vêtement populaire (boutons, broches, chaines). D'autres sont des ornements de la personne (boucles d'oreilles, pendentifs, bagues). D'autres encore sont des amulettes, des ex-voto et des objets de dévotion (chapelets, reliquaires, médailles, croix). Plusieurs œuvres textiles constituent des exemples d'une tradition encore pratiquée dans chaque village dans la première moitié du XXe siècle, et qui a constitué les bases de la production artisanale actuelle. Masques de bois, sonnailles et toisons de moutons représentent des manifestations qui ont leurs racines dans le lointain passé des peuples de Méditerranée. Les salles dédiées à ces étranges témoignages exposent les masques des Thurpos et de l' Eritraju d'Orotelli, des Boes et Merdules d'Ottana, et des Mamuthones et Issohadores de Mamoiada. On peut voir aussi environ 60 instruments de musique populaire sarde, ainsi que des dispositifs et des jouets sonores. 

Les vitrines du Musée exposent environ cent pains traditionnels, une partie de la collection qui en comprend 600, dont une grande partie ne sont plus fabriqués. Aliment de base, commun à de nombreux peuples de Méditerranée, le pain marquait les rythmes de la vie sarde : la succession des saisons et des cycles de travail, les fêtes, les évènements familiaux, tristes ou joyeux. Ils documentent un extraordinaire ensemble de savoir-faire et d'habileté dans le modelé figuratif, et font partie - au même titre que le tissage ou la conduite de la maison - du bagage de connaissances spécifiques de la femme sarde.