Le territoire de la commune de Suelli se trouve dans la région de la Trexenta, dans une zone de collines entre 170 et 400 mètres d'altitude. L'étymologie du nom est controversée : certains chercheurs pensent qu'il provient du mot phénicien sciual, renard, un animal qui abonde dans la région. Pour d'autres, il trouverait son origine dans le terme sarde de racine latine sue, truie, pour la présence de nombreux élevages de porcs. La région de Suelli fut habitée dès la période nuragique, et, par la suite, aux périodes phénicienne, punique et romaine. Le présence de l'homme était favorisée par la fertilité des terres qui permettait la culture de céréales et de légumineuses, et offrait des récoltes abondantes.

Les maisons traditionnelles, construites le long des rues principales, avec leurs imposants portails, sont très intéressantes. Ces derniers donnent accès à la cour intérieure sur laquelle s'ouvrent les pièces du rez-de-chaussée. Si la maison possède plusieurs étages, celles-ci sont en général des dépôts ou des entrepôts. Ce sont des maisons de pierre, pour la plupart non crépies. Le choix du matériau est lié à son abondance dans le territoire qui possède du grès, des argiles et des marnes. Dans le village, on peut visiter l'église romane San Pietro, du XIIIe siècle, œuvre d'artisans toscans travaillant en Sardaigne.

Le sanctuaire de San Giorgio lui est attenant. La fête de Saint Georges, premier évêque de Suelli et patron du village, est très importante et a lieu fin mai. Elle dure cinq jours, au moment de la Pentecôte, et comprend le samedi l'habillement de la statue du saint, le dimanche la bénédiction de Is truncus (les troncs) suivie par la procession et par les feux au lieu-dit Cea S'Antoni. Le lundi et le mardi, ce sont les fêtes civiles, avec les danses, les chants et les feux d'artifice.