Situé en Haute-Gallura, Luras (env. 2 800 hab.) s'étend sur une butte de granit à l'extrême nord-est du haut-plateau de la Limbara, à 508 m d'altitude. Jadis dénommé Villa Lauras ou Oppidum Luris, de "lura" (outre) ou "laurus" (laurier), le village était peut-être l' "une des cinq colonies " que les Étrusques fondèrent sur l'île après l'année 862 av. J.-C., à moins que ce village n'ait été créé par une partie des 4 000 colons juifs déportés en Sardaigne par l'empereur romain Tibère pendant l'année 19 apr. J.-C. Mentionné dans la Carte Pisane de 1300 pour la première fois - dans laquelle était dressée la liste de toutes les villes du Judicat subdivisées en Curatorie -, Luras faisait partie de la Curatoria de Gemini Josso. Pendant la période des Judicats et de la domination catalano-aragonaise, Luras était entouré de nombreux villages, par exemple Silonis, Canaili ou encore Carana, peu à peu abandonnés à cause des épidémies de peste, des famines et des incursions barbares.

Ayant appartenu au marquisat de Gallura jusqu'en 1839, c'est justement pendant le XIXe s. que Luras atteint un certain bien-être économique dû au développement d'une activité commerciale venant s'ajouter à l'activité agricole traditionnelle du village : les habitants se mirent en effet à vendre dans toute la Sardaigne, et même au-delà, leurs célèbres "berrittas" faites main (les couvre-chefs traditionnels du costume masculin), mais aussi de la laine, des peaux, des objets en liège et en fer, des étoffes, du vin, des eaux-de-vie, des fromages et du grain. Aujourd'hui, l'économie de Luras se base sur l'agriculture, l'élevage, le travail du liège et du granit ainsi que sur la viticulture. En effet, c'est dans les alentours du village que se trouvent les vignes les plus étendues et peut-être les mieux cultivées de la Haute-Gallura, donnant des vins appréciés bien en-dehors de la Sardaigne et des frontières italiennes comme : le Vermentino, le Moscato ou encore le très célèbre Nebiolo di Luras. D'ailleurs la Confraternita del Nebiolo, qui s'occupe de la promotion des vins et des produits œno-gastronomiques locaux, est particulièrement active.