Le village de Tiana, situé à environ 500 mètres d'altitude sur les pentes orientales du Gennargentu, dans la région appelée Mandrolisai, se trouve au cœur d'un paysage montagneux très beau, compris entre 386 à 1266 mètres d'altitude. Le nom du village, dont l'origine est sans aucun doute antérieure à la conquête romaine, se perd dans la nuit des temps. Le centre du village est joli, loin des routes à grande circulation, et on peut y goûter une sérénité et un silence que peu d'endroits offrent de nos jours. C'est peut-être grâce à cela, à cet environnement préservé autour du village, à ce mode de vie sain, fait de nourritures authentiques et de vin rouge sincère produit dans ses campagnes, que Tiana s'est fait connaître au niveau international en entrant en 2001 dans le livre Guiness des Records lorsque Tiu Antonio Todde, avec ses 112 ans, a été reconnu l'homme le plus vieux du monde.

Habité depuis le Néolithique, le territoire de Tiana conserve des domus de janas, au lieu-dit Mancosu, et les restes de monuments nuragiques aux lieux-dits Sa Piraera et Tudolo. Jusqu'à il y a peu, une partie importante de l'économie locale était représentée par la production de l'orbace, le lourd tissu de laine dans lequel on cousait en Sardaigne les vêtements d'hiver traditionnels. Aujourd'hui, il reste sur le fleuve Tino, qui coule dans la vallée proche du village, un ancien foulon à eau utilisé pour le foulage de l'orbace. C'est une construction simple, en pierre et à couverture de bois, qui conserve le grand maillet de bois avec lequel on pressait et on travaillait le tissu pour le rendre plus résistant. Autrefois, les foulons étaient très nombreux le long du fleuve, de même que les moulins à eau pour lesquels la création d'un parc fluvial est à l'étude.