San Sperate est un petit village situé à quelques kilomètres de Cagliari et dénommé ' Village musée ' en vertu de sa tradition artistique. Son territoire d'appartenance est une plaine, traversée par les fleuves Flumini Mannu et Flumineddu. Et c'est justement grâce à sa position géographique, à ses conditions climatiques, à sa disponibilité en eaux d'irrigation et à la fertilité de ses terrains, qui sont donc faciles à exploiter, que San Sperate est aujourd'hui l'un des centres agricoles les plus importants de la Sardaigne. L'histoire de San Sperate est par ailleurs très ancienne, puisque les dernières fouilles qui y ont été menées ont pu dater les premiers établissements humains au XVIIIe s. av J.-C. La vie y était déjà très intense à l'âge du Bronze, et de nombreux objets votifs datant de cette époque ont été découverts. Les villages des alentours de San Sperate n'ont pas été épargnés par la domination carthaginoise puisque quatre nécropoles puniques ont été retrouvées. Mais, à partir de 238 av. J.-C. la ville, qui se trouve le long de la route reliant Karalis et Tharros, subit aussi une forte domination romaine. L'église paroissiale de San Sperate remonte au XVIe s.

La ville est réputée pour la grande valeur artistique des peintures murales ornant un grand nombre de ses rues : réalisées par des artistes du cru mais aussi avec l'aide des habitants, il s'agit d'authentiques joyaux illustrant la vie quotidienne et les traditions locales. En outre, le sculpteur Pinuccio Sciola - dont les magnifiques sculptures en pierre sont connues dans le monde entier - est originaire de San Sperate et personnifie donc le patrimoine de la tradition et de l'art de son village natal. À l'occasion de la fête en l'honneur du saint patron, qui a lieu à la mi-juillet avec un cérémonial religieux, les habitants sont habillés avec le costume folklorique traditionnel de cette zone du Campidano. En revanche, pendant la fête de la pêche, le village s'anime de spectacles et de manifestations culturelles et folkloriques, tandis que les maisons et les édifices municipaux sont ouverts pour accueillir, de façon assez insolite, des expositions d'œuvres d'art et des produits de la tradition locale.