Le bourg d'Elmas, à seulement 5 km de Cagliari, possède sur son territoire l'un des aéroports les plus modernes d'Italie. Né comme village de pêcheurs et d'agriculteurs sur les rives de la lagune de Santa Gilla il est aujourd'hui densément peuplé. Les premières traces de la présence humaine dans le territoire d'Elmas remontent à la période nuragique, précisément à l'âge du cuivre. Le premier habitat d'Elmas était en effet situé sur les bords de la lagune de Santa Gilla, exploitée pour le sel et pour la pêche. A quelques pas de la Carales punique, puis romaine, la région constituait certainement un lieu stratégique pour le commerce et l'agriculture. A l'époque romaine, comme l'attestent des campagnes de fouilles menées au milieu du siècle dernier, elle accueillait les habitations de grands propriétaires romains et probablement un temple. On a en effet retrouvé de nombreux blocs de calcaire et de marbre, des colonnes et des tesselles de mosaïques, ce dont parle aussi la tradition orale des anciens.

Au Moyen-âge, la zone fut habitée par les moines bénédictins de Saint Victor de Marseille qui s'y établirent et y construisirent un couvent, aujourd'hui disparu, et une église, Santa Caterina di Semella, un petit bijou d'architecture romane, conservée. La première installation urbaine sur les bords de la lagune, à la période médiévale, s'appelait Semelia. Le village érigé par les moines de Saint Victor fut par la suite exproprié par les Pisans, et tomba ensuite sous la domination aragonaise. Peu à peu, il se dépeupla et fut totalement abandonné dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Les habitants quittèrent les bords de la lagune pour se déplacer à l'intérieur, sur des terres autrefois cultivées par les habitants de Semelia, au lieu dit Mansu, dont proviendrait le nom actuel du village. Le territoire d'Elmas possède des richesses artistiques et des paysages peu connus mais qui méritent la visite. La lagune de Santa Gilla est un itinéraire intéressant : tôt le matin et au coucher du soleil, on peut observer les magnifiques flamants roses qui peuplent les eaux de la lagune et offrent un spectacle coloré entre mer et ciel.

L'aéroport miliaire est une structure très importante. Né en 1925 sur les bords de l'étang de Santa Gilla, il fut le témoin, deux ans plus tard, des entreprises mémorables de Di Pinedo et Balbo. Au début des années 30, avec la naissance du Comando Aviazione Sardegna, des bâtiments plus importants furent construits, exemple d'architecture rationaliste italienne. La grande caserne des aviateurs est l'un des bâtiments les plus intéressants. Bien qu'il englobe un édifice précédent de style néo-maniériste, il présente des lignes clairement rationalistes. L'élément le plus spectaculaire de l'ensemble donne sur la grande cour intérieure : c'est la grande rampe hélicoïdale qui permettait la montée et la descente des aviateurs. La chapelle de campagne Santa Caterina, bâtie par les moines de Saint Victor de Marseille, a une importance historique. De style roman à nef unique avec abside, elle conserve une charpente de bois, et à l'intérieur le sol et le seuil sont d'origine. Elle se trouve dans un grand enclos entouré de cumbessias (maisons pour les neuvaines), où les pèlerins séjournaient les jours de fête. Les célébrations en l'honneur de la sainte ont lieu à partir du lundi de Pentecôte et durent trois jours. L'église paroissiale du village, dédiée à San Sebastiano, est plus récente. Les fêtes en son honneur se déroulent chaque année le 20 janvier. La tradition veut qu'un grand feu soit allumé, et des dégustations de produits typiques sont offertes aux fidèles.