Gonnosfanadiga s'élève sur le versant est du Monte Linas qui englobe les montagnes de Linas, de Marganai, de l'Oridda et du Monti Mannu Cet ensemble montagneux est recouvert d'une végétation constituée de futaies de chênes verts, de chênes lièges, d'ifs et de maquis méditerranéen . il contient également de de riches gisements miniers et il est d'ailleurs possible de visiter la minière abandonnée de Perd'e Pibera. Les origines de Gonnosfanadiga remonteraient à environ 7000 ans, lorsque les premiers hommes du Néolithique s'installèrent en Sardaigne : capables de construire des outils en bois, en os et en pierre, ils vivaient en exploitant toutes les ressources que la nature leur offrait.

Il n'est pas facile de donner une explication au nom de Gonnosfanadiga : des chercheurs comme Wagner, Bertoldi, Terracini ou encore Carta Raspi ont en effet eu de grandes difficultés à en trouver l'origine. Si Wagner pense que la première partie du mot Gon(n) pourrait signifier colline, Carta Raspi croit au contraire que le nom Gonos, venant du grec, voudrait dire : origine, naissance, racine. La seconde partie de ce toponyme - Fanadiga . correspondrait au nom que les Romains utilisaient pour désigner des campagnes situées à proximité d'un fanum (un temple). Gonnosfanadiga est très connue pour la production et la vente de son huile d'olive, l'une des meilleures huiles sardes.

Le village contient en outre un certain nombre d'églises d'une rare beauté : Santa Barbara, Sant'Elia, Sant'Efisio, le Sacro cuore ou encore l'église plus récente consacrée à la Sainte Vierge Marie de Lourdes. Il est très agréable de se promener dans la vieille ville où l'on peut aussi déguster des plats typiques de la cuisine campidanese. De plus, la fête du pain (octobre) et celle des olives (novembre) sont très intéressantes car, outre aux spectacles traditionnels, des producteurs du secteur agro-alimentaire y participent et organisent des dégustations et des ventes de leurs produits.