Serri est un village agro-pastoral situé à environ 600 m d'altitude, au bord d'un haut-plateau portant le même nom et surplombant les collines de la Trexenta, qui ressemble beaucoup à la célèbre giara de Gesturi. La tradition veut que la naissance du village soit consécutive à l'épidémie de peste qui sévit dans la ville romaine de Biora et que les habitants ont abandonnée . ses ruines sont d'ailleurs encore visibles au fond de la vallée, non loin de l'église champêtre de San Sebastiano. Serri se développa autour de l'église paroissiale de San Basilio Magno, construite aux environs de 1100 en style romano pisan.

Cette église, dont la façade est coiffée d'un toit plat, présente un portique central ouvert par un arc en plein cintre à l'origine et surmonté d'une rosace. Deux colonnes torsadées en pierre décorent les côtés tandis que, sur la partie haute, on peut observer le blason de l'évêché (1771) représentant saint Basile le Grand. L'autel majeur, qui lui est aussi consacré, est recouvert d'une très belle marqueterie de marbre, tout comme la balustrade entourant le presbytère . ce mobilier fut réalisé sur ordre du chancelier Giovanni Battista Cossu, respectivement en 1761 et en 1780. Non loin de là, on peut admirer les vestiges du nuraghe S'Uraxi. La vieille ville abrite aussi l'église de S. Antonio à nef unique, surmontée d'une voûte charpentée intercalée d'arcs en plein cintre datant de 1770. Mais le monument le plus intéressant de Serri est sans aucun doute le grand sanctuaire nuragique de Santa Vittoria, un lieu de culte d'importance régionale vers lequel, pendant l'âge du Bronze, convergeaient des populations venant de toute la Sardaigne . situé à la limite sud-ouest de la giara de Serri, il comprend quatre ensembles principaux d'édifices disséminés sur plus de 3 ha : deux temples à puits avec la "cabane du prêtre", la grande "enceinte des fêtes", l'ensemble de l'enceinte du "double bétyle", enfin l'ensemble qui est situé à est-sud-est tandis que la "cabane du chef", avec d'autres espaces encore, sont à part.

L'importance de ce sanctuaire intercantonal est due non seulement à la complexité et à la richesse de son architecture, mais également à la grande quantité de statuettes en bronze, de très belle facture, qui étaient utilisées comme des ex-votos reproduisant des personnages appartenant à toutes les classes sociales, des navires et autres objets nous permettant aujourd'hui de mieux comprendre la vie quotidienne à l'époque des nuraghes. Tous ces objets, avec d'autres pièces archéologiques découvertes toujours sur ce site, sont exposés au musée archéologique national de Cagliari. Les troisièmes dimanches des mois de mai et de septembre se déroule la fête de sainte Lucie, en même temps que la foire de bétail qui, pendant très longtemps, a été parmi les plus importantes de l'île. Une autre fête, celle consacrée à sainte Victoire, a lieu en revanche le 11 septembre avec des danses et des chants au sanctuaire champêtre, tout près du site archéologique.