Le village de Portoscuso se trouve face à l'île de San Pietro, sur la côte sud-ouest de la Sardaigne. Il abrite le port qui relie l'île à Carloforte, la ville de San Pietro où l'on peut se rendre en ferry. Le territoire est habité depuis extrêmement longtemps, comme en témoignent les outils d'obsidienne et les tombes phéniciennes de San Giorgio. Mais la fondation du village remonte à la fin du XVIIe siècle, au moment de la construction, près d'une tour espagnole du XVIe siècle, d'une madrague qui attira les pêcheurs sardes, de Ponza et siciliens, ce qui donna lieu à un mélange de cultures. Située dans une région riche en gisements miniers et en vignobles généreux, Portoscuso est proche de sites historiques importants.

Parmi les monuments religieux, l'église Santa Maria d'Itria a été construite en 1665 par le propriétaire de la madrague de Su Pranu. La tour côtière est plus ancienne, et fait partie de la couronne de fortifications dont la Sardaigne se dota au XVIe siècle : elle se dresse sur une hauteur entre la Cala della Ghinghetta et la falaise de Portopaleddu, et offre une vue magnifique sur un panorama qui va du centre de Portoscuso à la madrague de Su Pranu. Le village est très célèbre pour la pêche au thon pratiquée par les différentes madragues installées à terre et en mer, et qui sont en activité entre mai et juin pour la mattanza. La madrague la plus vieille, celle de Su Pranu, remonte à la fin du XVIIe siècle, après que Pietro Porta ait vu l'abondance de thons en 1524, et que le gouvernement espagnol ait donné l'autorisation de construire des installations pour la pêche dans le cadre d'un vaste projet qui comprenait aussi les Salines de Porto Torres, Calagostina à Castelsardo et Baia Vignola, Portopalla et Portopittinuri à Cuglieri. Au XVIIe siècle, la madrague était gérée par des Français qui l'utilisaient pour pêcher le corail. A San Giorgio, non loin de Monte Sirai, une nécropole punique, comprenant 11 sépultures datables de 770-750 av. J. -C., est totalement enveloppée dans une atmosphère mystérieuse d'anciens rituels symboliques, évoqués par les bijoux et les armes retrouvés. Parmi les plages de Portoscuso, celle de Portopaleddu, appelée aussi Porto Paglietto, est très aimée par les touristes pour la clarté de ses eaux et la finesse de son sable. Parmi les évènements qui animent le village, mentionnons la Fête du crabe, manifestation avec dégustation de crabes cuisinés selon des recettes savoureuses et accompagnés de fregula ou de spaghettis.

Après Pâques, exactement 51 jours après, a lieu la fête de Sainte Marie d'Itria, patronne des pêcheurs de thon, avec des compétitions sportives, des groupes musicaux et des spectacles folkloriques. Plus avant dans l'année, la Fête du thon a lieu le 13 juin : on distribue du thon frais cuisiné selon les délicieuses recettes locales, et accompagné de vin et de pain. Deux mois plus tard, le 14 août, pendant l'Arrusteddara, un groupe de rôtisseurs cuisent à la grille des poissons frais péchés qui sont ensuite offerts aux visiteurs. Pendant l'hiver, les réjouissances de Carnaval ne sont pas absentes et on prépare les savoureuses zippole. Enfin, au printemps, pour Pâques, c'est la fête de Sa Pasca Manna.