Le surnom de Géant rouge dérive de ses proportions majestueuses et des nuances rouges des lichens qui colorent ses murs de pierre basaltique. L'ensemble de Nuraghe Arrubiu, sur le territoire d'Orroli, s'étend sur cinq mille mètres carrés et se compose d'une tour centrale (mastio) de 15 mètres de haut – à l'origine le double - entourée d'un puissant bastion formé de cinq tours, cerné à son tour par une muraille défensive avec sept tours unies par des courtines. À l'intérieur il comporte de nombreuses cours. Un autre rempart avec cinq tours reliées par des murs se dresse au sud-est. Au total on compte 21 tours. À l'intérieur du mastio (tour centrale), dont il reste le premier des trois étages, en parcourant un étroit passage, vous arriverez à la chambre centrale qui contient un âtre et un vase rituel. La couverture en tholos (fausse coupole) est intacte, comme dans certaines des tours plus petites. Dans les cours on a découvert des : banc, citernes, foyers, alcôves, escaliers, accès, corridors et espaces couverts. Tout autour, tant de restes de cabanes. Le long du côté est, il en existe une grande et ronde : c'est celle des réunions, avec des sièges le long du périmètre et un âtre au milieu. Le monument ‘vécut’ entre les XIVe et IXe siècles av J.-C., par intermittence. Après un écroulement, il resta inhabité jusqu'au IIe av J.-.C. quand les Romains en firent un laboratoire pour la production du vin : deux cuves et des outils pour presser le raisin en témoignent. La datation et l'importance du site sont confirmées par les pièces : des céramiques importées du Péloponnèse se détachent et attestent des contacts non occasionnels même avec la civilisation mycénienne.

La zone archéologique d'Orroli est au centre du doux relief de Prane muru, pour contrôler le territoire le long du medio Flumendosa. Les gorges, dans lesquelles s'écoulait le fleuve, sont aujourd'hui en partie submergées par deux lacs artificiels. Un territoire profondément marqué par l'homme dès la préhistoire, comme le confirme l'extraordinaire concentration de vestiges du passé : du Néolithique à l'âge de Bronze et du Fer, jusqu'aux reliques romaines et du haut moyen-âge. L’Arrubiu était la pierre angulaire, autour duquel gravitaient les nuraghi satellites qui dominaient les points stratégiques et les voies d'accès. Près de l'ensemble, voici la tombe des Giganti della Spada (Géants de l'Épée). Tandis que dans le parc de su Motti, dans un bois de chênes pubescens, il existe une nécropole de 15 domus de Janas. Dans le village on trouve, au contraire, Casa del Nuraghe Arrubiu, un musée issus d'une ancienne demeure qui présente dans douze salles les résultats des fouilles commencées en 1981.