Situé à environ dix kilomètres au nord de Sassari, au centre d'un cercle d'oliveraies et de vignobles, la commune de Sorso fait partie du nord-ouest du territoire de Sassari. Le village est à quelques minutes de la mer. La côte est sableuse avec de nombreuses dunes et une végétation dense de pins, genévriers et palmiers nains. On y trouve aussi l'étang de Platamona, fréquenté par de nombreuses espèces d'oiseaux. La Marina de Sorso, avec ses longues plages blanches, est très fréquentée. Les origines de Sorso sont antiques : à l'époque néolithique et nuragique, son territoire fut certainement habité, comme l'attestent les nombreux sites archéologique importants qui comprennent les ruines de plusieurs nuraghes et le puits sacré de Serra Niedda. La villa romaine de Santa Filiddiga, proche de la mer, fut également habitée aux époques vandale et byzantine. Durant la période des Judicats, le village fit partie du Judicat de Torres. Le centre de Sorso a un plan médiéval. Appelé Bicocca, il est composé de maisons à cour à l'architecture simple, construites en calcaire provenant des carrières locales. Au bout de la rue principale, le Corso Vittorio Emanuele, l'église paroissiale San Pantaleo, intitulée au patron du village, a été construite en 1836.

Parmi les spécificités de Sorso figure la langue. En effet, contrairement aux villages voisins, ses habitants ont un parler original. Son dialecte possède une structure linguistique qui dérive de la langue du Logudoro, mélangée à des éléments non sardes et à des influences corses. C'est un mélange de sarde, de toscan et de génois. Parmi les gourmandises locales, on compte sans doute les précieux vins, le vermentino et le moscato, mais aussi l'huile, et les délicieux gâteaux traditionnels, comme les Papassini et les Cozzuli di Saba. Sorso est aussi le village natal de Salvatore Farina, le célèbre écrivain qui fut parmi les fondateurs du ' Corriere della Sera '.