Le Parc régional naturel de Porto Conte s'étend au sud-est avec la lagune du Calich et longe la côte, en passant par l'ensemble du Monte Doglia jusqu'au vaste golfe de Porto Conte, protégé par les promontoires de Punta Giglio et Monte Timidone-Capo Caccia. Ce Parc ne comprend que des zones terrestres, alors que les grottes marines de Capo Caccia appartiennent à l'aire marine protégée qui porte le même nom. À l'intérieur de ce parc se trouve la forêt domaniale Le Prigionette qui s'étend sur 12 km dans la commune de Alghero. Elle contient de remarquables espèces végétales et animales qui sont d'ailleurs protégées par des conventions internationales. En outre, le territoire sur lequel surgit ce parc, déjà fréquenté au Néolithique ancien (Grotte Verde, VIème millénaire av. J.-C.), contient d'importants monuments de l'âge nuragique (Palmavera, Sant'Imbenia), des restes de villas patriciennes de l'époque romaine (Sant'Imbenia), ainsi que des tours d'époque espagnole sur le littoral. Le patrimoine floral du parc, sur les promontoires qui ferment la baie de Porto Conte, est fait de maquis avec des centaurées (Centaurea horrida) - endémiques en Corse et en Sardaigne -, ainsi que des palmiers nains, le seul palmier spontané européen qui pousse dans le bassin méditerranéen . dans les eaux du golfe, de vastes prairies de posidonies (Posidonia oceanica), une plante aussi délicate qu'irremplaçable, sont le refuge et le lieu de reproduction de toute la faune marine côtière. Outre aux différentes variétés de pins, on peut y admirer des plantes d'arbousier, des immortelles, du genêt et des euphorbes qui, au printemps, parfument et donnent au parc de belles couleurs. En outre, 35 espèces de mammifères et 150 d'oiseaux ont pu être observées. Parmi ces derniers, les oiseaux marins sont les plus nombreux puisqu'ils nidifient dans les falaises. Pour ce qui est de la faune, il n'est pas difficile de rencontrer le lièvre sarde, le lapin sauvage ou encore la belette, tandis que les perdrix, les tourterelles, les pigeons et tant d'autres passeriformes ne manquent pas. Qui plus est, des espèces qui avaient disparu de cette région ont été réintroduites comme le daim, les petits chevaux de la Giara, les petits ânes blancs de l'Asinara, les chèvres sauvages et bien sûr le sanglier, omniprésent dans l'île. Mais le plus intéressant des animaux réapparus est sans aucun doute le griffon, même si d'autres rapaces sont également visibles tels que la buse, le faucon crécerellette, le faucon crécerelle et le faucon pèlerin. Tout près de ce parc se trouve l'aire marine protégée de Capo Caccia avec ses grottes qui constituent le plus vaste phénomène karstique de toute la Méditerranée. La plus célèbre est la grotte de Neptune qui, le long de ses 2500 m, offre aux yeux des visiteurs des décors incroyables avec le lac salé qui la traverse, constellé de petites plages issues de l'activité de la mer et du vent.

On peut arriver à ce parc en partant de Alghero, après avoir passé la petite ville de Fertilia et en suivant la SS 127 bis. Bien suivre les indictions.

L'accès au parc est libre. Les visiteurs isolés et les groupes jusqu'à 20 personnes peuvent y accéder sans autorisation préalable, en laissant simplement un document d'identité à l'entrée. Pour les groupes plus nombreux, on demande de présenter une demande par écrit sur papier libre en indiquant le nombre de personnes et un numéro de fax.