San Gavino Monreale est une ville assez importante située en plein cœur du Campidano, sous le château de Monreale. La plupart de ses maisons sont caractéristiques des centres de culture agricole de par leur taille, leur vaste cour intérieure et leur grand portail d'entrée surmonté d'un arc. Dans la vieille ville, il est encore possible de visiter des édifices réalisés en ladiri, les briques en terre crue. En outre, la présence d'espaces verts disséminés dans la ville fait qu'il est agréable d'y vivre, surtout pour les enfants et les personnes âgées.

La réputation de San Gavino Monreale est due d'une part à son ancienne fonderie, d'autre part à sa production de safran. Si ses origines remontent à l'ère nuragique, le village prend le nom de San Gavino suite à l'établissement des premiers habitants autour du village de Nurazzeddu où se trouvait une petite église consacrée à San Gavino. Le nom ' Monreale ' a été ajouté plus tard, du temps de la domination espagnole, sous le Judicat d'Arborea, à cause de la proximité du château de Monreale. Pendant le Moyen-Âge, San Gavino Monreale faisait partie de la curatoria de Bonorzuli, dans la circonscription du Judicat d'Arborea. La ville fut ensuite conquise par les Aragonais et en grande partie détruite pendant la guerre. Dès son origine, San Gavino Monreale a toujours basé son économie sur ses activités agricoles, surtout celles liées à l'olivier, à la vigne et aux agrumes. Malgré cela, la ville s'est toujours différenciée des villes voisines pour sa culture du safran, favorisée par les conditions climatiques et biologiques propres à ce village.

C'est déjà pendant la seconde moitié du XVe s., que la culture du safran dans les champs - en même temps qu'une forte croissance démographique . s'étend jusqu'à atteindre son niveau maximal de production. En effet, la quantité de l' "Or rouge" y est là souvent supérieure à celle des autres producteurs italiens. La fabrication du safran, qui se transmet de génération en génération, est d'ailleurs demeurée inchangée au cours du temps. En vertu de sa position stratégique, San Gavino Monreale est facilement accessible en voiture (suivre la SS 131) et en train. Cette ville enchantera non seulement les passionnés de l'architecture du Campidano, mais aussi les amateurs des anciennes saveurs d'une gastronomie perdue, sans oublier tous ceux qui s'intéressent à l'archéologie industrielle. Ses deux fonderies en effet, désormais presque totalement abandonnées, ont conservé les formes et l'architecture industrielle typiques du début du siècle dernier. En outre, dans la vieille ville, il est possible de visiter le musée Sa Moba Sarda où sont exposés des photos, des objets et des outils illustrant ce qu'était la culture agricole à San Gavino Monreale jusque dans les années vingt, lorsqu'a commencé le processus d'industrialisation. Par ailleurs le théâtre municipal accueille souvent des festivals d'importance nationale.

Parmi les fêtes qui ont lieu à San Gavino, la plus célèbre est sans aucun doute le Carnaval qui attire chaque année environ 50 000 personnes, déguisées ou non. L'autre manifestation importante est la Foire internationale du safran qui se déroule sur dix jours pendant le mois de novembre : chaque année, des milliers de visiteurs et de spécialistes ne manquent pas de s'y rendre, attirés par les effets particuliers de cette précieuse épice. Ils peuvent en outre goûter différents produits préparés à base de safran et bien sûr acheter cette épice auprès des exposants. Dans le domaine des festivités religieuses, la fête du saint patron ainsi que celles consacrées à sainte Claire, sainte Thérèse et sainte Lucie unissent des manifestations civiles aux rites sacrés. La gastronomie locale privilégie d'excellentes spécialités parmi lesquelles les soupes épaisses, les plats de viande et de légumes, le pain de semoule et les gâteaux secs.