Trekking dans la Sardaigne la plus secrète et la plus sauvage

Trekking Supramonte di Baunei

Trekking dans la Sardaigne la plus secrète et la plus sauvage

Les sentiers les plus beaux et les plus longs traversent des zones pittoresques, mènent à des points panoramiques de Gennargentu, Supramonte, Monte Albo, Tacchi d’Ogliastra et Barbagia di Seulo
des lieux loin de monde, à parcourir, à admirer et à respecter

Des falaises à pic sur la mer, des canyons, des grottes et des cascades. Les plus célèbres itinéraires de randonnées sardes se développent sur plusieurs jours de marche à travers des zones escarpées et désertes, souvent réservés aux trekkers experts. Les trekkings classés EEA demandent une évaluation attentive de la capacité et de la condition physique, un contrôle de la météo, un équipement approprié et la possibilité de communications. Le balisage et le traçage des sentiers ne sont pas toujours précis, parfois, ils sont sommaires, par conséquent, l’accompagnement de guides est indispensable. Une excursion difficile mais inimitable passe à travers les sommets du Gennargentu et arrive à punta La Marmora (1834 mètres). Le nom rend hommage au cartographe et général piémontais du XIXe siècle, auteur de cartes et d’ouvrages scientifiques dédiés à la Sardaigne. En marchant sur le Gennargentu vous admirerez le panorama de la côte orientale et pourriez apercevoir des mouflons et des aigles royaux. C’est à partir de l’Ogliastra la plus profonde que commence l’itinéraire vers le ‘toit’ de l’Île : une marche de quatre heures part du village nuragique de Ruinas, sur le territoire d’Arzana, grimpe jusqu’aux pointes Florisa, La Marmora et enfin ‘della Croce’, qui est depuis toujours une référence pour les randonneurs qui affrontent le massif.

Perda Liana_Gairo
Ogliastra, la terre des centenaires et de paysages merveilleux

Des parcours magnifiques traversent les Tacchi d’Ogliastra, parmi d’imposants rochers verticaux, des forêts de chênes-verts, des sources et des étangs, des domus de Janas, des nuraghes et des cuiles. Par ici, vous pourrez unir à l’expérience des sentiers, un voyage d’autrefois à bord du Trenino Verde. Certains parcours mènent à la découverte de lieux féériques, comme is Tostoinus et les ‘montagnes de la lune', le long du Sentier des Aigles. À partir du centre services de la forêt de Montarbu différents itinéraires se ramifient: le ‘sentier Ermolinus’ le long de la vallée du torrent qui porte le même nom, conduit au sIlixi e Canali, un chêne-vert de 18 mètres de haut; un parcours mène au Taccu Isara, sur le territoire de Seui; un autre, en boucle, doit son nom aux grottes su Marmuri d’Ulassai: durant les trois kilomètres de trajet vous vous arrêterez sur des points panoramiques dans les vallées du rio Pardu et de Sainte Barbara. Un sentier est dédié à l’artiste Maria Lai, ponctué d’ouvrages. Il ne faut pas manquer la visite au taccu di Tisiddu qui reflète sur les maisons d’Ulassai ses parois vertigineuses de presque cent mètres. La boucle de Perda ‘e Liana est l’un des parcours les plus intéressants en raison de la présence imposante de la tour calcaire, la plaque tournante de l’enchevêtrement de sentiers de l’Ogliastra.

trekking_monte corrasi_oliena
Su Stampu de su Turrunu, cascata
des paysages d’eau au milieu des forêts, des parois verticales et des grottes

Outre les versants sud-ouest des Tacchi s’étendent Barbagia di Seulo et Sarcidano. Dans le trajet de Villanovatulo à Seulo vous rencontrerez des zones fréquentées autrefois (et habitées) par des bergers et des charbonniers. L’itinéraire de Pala de Nuraxi au croisement pour Addolì, pour les deux tiers en descente, avant de remonter dans la dernière partie, passe à travers de nombreux monuments naturels tels que la grotte is Janas, sur le territoire de Sadali qui, selon la légende, est la demeure de personnages mythologiques. C’est tout près de la grotte que tombe la magnifique cascade de su Stampu e su Turrunu : l’eau jaillit d’un trou et forme un étang caché dans un bosquet. Le parcours qui va de Funtana Maore à Genna ‘e Teula se développe à travers des lieux d’une grande valeur paysagère et culturelle : vous pourrez observer des espèces comme le Sarcidano et le cerf sarde. Un sentier qui convient à tous part de Sadali et arrive jusqu’à Arcu ‘e Spineddai, un autre part du point d’observation de Pranedda Ollastru, serpente avec la vue sur la vallée du Flumendosa et arrive au nuraghe Adoni.

Trekking Selvaggio Blu_costa orientale
Selvaggio Blu_Supramonte Baunei_Perdalonga
Trekking Selvaggio Blu
le trekking le plus célèbre est également le plus long et le plus difficile

Le Selvaggio Blu est le trekking le plus célèbre, un des plus difficiles d’Europe, une excursion de sept jours qui prévoit des parties d’escalade et de ferrata et n’a pas de points de ravitaillement : il faut prévoir de l’eau et de la nourriture pour chaque jour. On dort sous les tentes. ‘En échange’, vous ferez un voyage dans une nature préservée et des criques d’un bleu intense : 50 kilomètres de Santa Maria Navarrese à Cala Gonone. Après une courte excursion vous arriverez au monument naturel spectaculaire de Pedra Longa : c’est un début reposant du tracé qui, au cours des étapes successives, devient un sentier alpiniste enthousiasmant et difficile, déconseillé aux randonneurs. La véritable étape part de la flèche de Pedra Longa. La fatigue de la montée - 625 mètres de dénivelé - sera récompensée par le paysage du Supramonte de Baunei. Le long du parcours vous verrez des escaliers en genévrier qui permettent de franchir la montagne apparemment inaccessible : celle que l’on appelle e s’Ozzastru conduit à la pointe Giradili. La traversée du golfe d’Orosei parcourt les mêmes zones que le Selvaggio Blu mais préfère le proche arrière-pays : c’est un trekking plus aisé, bien que difficile. Le départ et l’arrivée sont identiques, les jours de marche, cinq, avec la vue sur la côte est.

Trekking Cala Goloritzè
une journée de marche, de la montagne à la mer...

Les merveilles renommées de la côte est sont également accessibles même (ou seulement) à pied: c’est la dimension parfaite entre une journée de trekking et un plongeon dans la plus belle mer de la Méditerranée. Vous arriverez à Cala Goloritzè à travers un trajet bien balisé d’une heure et demie. Il part de su Porteddu, dans l’altopiano del Golgo, et serpente le long du bacu Goloritzè, à travers les chemins muletiers, les arches rocheuses, les gorges, les arbres séculaires et les refuges des bergers. La descente n’est pas compliquée, le retour en montée l’est au contraire, avec un dénivellement de 500 mètres: il ne faut pas l’affronter durant les heures les plus chaudes. La crique est renommée pour la plage et pour l’Aguglia, un monolithe calcaire, qui est la destination des escaladeurs de la moitié de l’Europe. Le parcours pour Cala Mariolu, une plage de minuscules cailloux blancs, est nettement plus difficile (à affronter avec des guides). La durée du parcours entre l’allée et le retour est de six heures. Depuis le Golgo on continue cette fois en direction de l’église de san Pietro. Une partie en montée conduit à la pointe ‘e Lattone, d’où on descend jusqu’à une arche spectaculaire creusée dans la roche. Au fur et à mesure que vous avancez le bleu de la mer apparaît parmi la végétation. Un bain réparateur vous aidera à affronter le retour en montée. En même temps on arrive et on revient d’un autre paradis: Cala Luna. Depuis la localité Teletottes vous prendrez un sentier qui côtoie la Codula di Luna: la longue marche vous conduira sans trop de difficultés sur la splendide plage de sable clair et doux.

Canyon Gorropu_interno
Gorropu_s'Ischina de s'Arraica
Canyon Gorropu
Gorropu, le paradis des randonneurs les plus experts

En quatre jours vous traverserez les Barbagie d’Arcu Correboi à la source de su Gologone, à Oliena: c’est la Grande traversée du Supramonte, que conserve tant de destinations merveilleuses accessibles (même) dans la journée, notamment la gorge de Gorropu, un des canyons les plus profonds d’Europe, avec des parois de 500 mètres de haut. L’on peut visiter à pied à travers trois sentiers. Au nord en passant dans la vallée d’Oddoene, sur le territoire de Dorgali: c’est le parcours le moins difficile, deux heures de marche en partant de pont sa Barva, en effleurant le rio Flumineddu -un torrent qui a creusé la gorge, jusqu’à l’entrée. Au sud le départ du sentier -que l’on peut parcourir en trois heures et demie entre l’allée et le retour- part des bergeries de Sedda ar Baccas, sur le territoire d’Urzulei. La descente raide le long d’s’Ischina ‘e sa raicca vous conduira à Pischina Urthaddala, une ‘piscine’ aux pieds d’un saut du fleuve, et ensuite à sa Giuntura, la jonction des fleuves Orbisi et Flumineddu, dont les eaux se versent dans un étang que l’on peut uniquement traverser avec un équipement approprié. Après avoir traversé le Flumineddu, vous pourrez parvenir aux nuraghes Gorropu et Mereu, deux ‘colosses’ en calcaire blanc qui dominent dans la végétation. Le troisième itinéraire, à l’est, part de Genna Silana, dans une aire de repos de la route nationale 125. Le sentier d’une heure à l’aller et de deux heures au retour, est bien balisé. L’unique difficulté est le dénivellement. En zigzaguant, vous traverserez un bois et arriverez à l’entrée de Gorropu accessible même de sa Barva.

Monte Albo
le Mont Albone est longue dorsale de rochers blanc ponctués de végétation

Le charme du territoire des Baronie, est inimitable, il va des crêtes calcaires de la chaîne du Mont Albo au massif du Tuttavista, traversé par les fleuves Isalle et Cedrino et les plaines alluviales. Le Montalbo, qui héberge de nombreuses espèces rares, est parcouru par des itinéraires de trekking, qui sont les ‘héritiers’ des sentiers des charbonniers. Les vues à une altitude de plus de 900 mètres sont à couper le souffle. Le massif retombe en grande partie sur les territoires de Siniscola, Lodè et Lula : c’est un bastion calcaire d’une vingtaine de kilomètres, caractérisé par des versants verticaux et découpés par des gouffres profonds avec une forme allongée et imposante, riche en gorges et grottes, parmi lesquelles Bona Fraule, Janna Manna et Omines Agrestes. Le ponor de Tumba ‘e Nurrai s’enfonce parmi ses pointes Catirina et Turuddò de mille mètres de haut. Un vaste sentier en boucle traverse le territoire de Lodè. Une autre partie, accessible depuis l’entrée de Badde Viola, traverse le col de Corru ‘e mandra et passe à travers un vieux bois de chênes-verts, des voies de la transhumance, des aires charbonnières et des pinnettos, d’anciennes bergeries restaurées et aménagées pour le repos.

Acteurs dans cet article

Attrazioni e località citate