La grande beauté voyage sur le Petit Train Vert

Trenino verde tra desulo e tonara

La grande beauté voyage sur le Petit Train Vert

Sur les rails des anciennes voies ferrées de la Sardaigne, le temps passe lentement, des paysages fabuleux défilent et changent continuellement : c’est une expérience unique qui vous fera découvrir les aspects les plus intimes et profonds de l’Ile
une excellence italienne, une expérience unique en Europe

« à la fin d’une longue montée nous arrivons dans une gare après une étendue de solitude. Chaque fois, il n’y a rien d’autre plus loin, rien d’habité. Et chaque fois nous arrivons dans une gare ». C’est la description poétique, à bord de la locomotive qui est aujourd’hui le Petit Train Vert, de Sea and Sardinia, un ouvrage dédié par David Herbert Lawrence à son voyage en Sardaigne en 1921. Un siècle plus tard, en suivant ses traces, les voyageurs du monde entier sont attirés par une ligne de chemin de fer unique en son genre, dérivée des ‘vecchie complementari’, conçues et construites entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Une excellence italienne, une expérience unique en Europe : quatre tronçons pour un total de 437 kilomètres, trois compartiments actifs depuis 130 ans sans arrêt, qui comprennent des ouvrages architecturaux et d’ingénierie, comme les ponts et les tunnels. Les lignes, qui n’ont jamais été abandonnées mais, au contraire, ont été conservées et protégées, relient les côtes à l’intérieur et se complètent par des excursions sur les lacs avec le bateau, le trekking, à vélo et à cheval. Vous pourrez monter sur le petit train durant les jours du programme saisonnier ou le louer en groupe : grâce à l’initiative Su Trenu Antigu, qui s’adresse aux amateurs, aux écoles et aux voyagistes, vous aurez une ligne de chemin de fer en exclusivité!

Trenino verde - Tacchi ogliastra
Des salons sur rails pour des promenades qui assouvissent les sens

À pas lents, la locomotive glisse doucement sur les rails, au milieu de la nature luxuriante des forêts, murmure entre les couloirs des rochers, des oliviers et des lentisques, grimpe péniblement au sommet des reliefs. Le soleil illumine la livrée de bois et fait briller les finitions dorées des fenêtres, encadrées de rideaux damassés. Ce sont des wagons du début du XXe siècle, des salons sur rails qui se déplacent comme d’élégants messieurs distingués. Même à l’intérieur, le luxe est celui d’autrefois: de petits divans en velours rouge qui courent le long d’un couloir éclairé par des plafonnières à lumière jaune. Les promenades à bord vous rempliront tous les sens avec des paysages, des parfums et des silences. À partir de Mandas, un bourg moyenâgeux de la Trexenta au passé glorieux, actuellement un centre culturel important, les petits trains se dirigent vers deux directions. La première ligne, historique, arrivait à l’origine jusqu’à Sorgono. Actuellement elle traverse le Sarcidano, effleurant la giara de Serri, un centre célèbre pour le sanctuaire nuragique de santa Vittoria, les bords du lac San Sebastiano et les collines d’Isili, le ‘village du cuivre’. Après avoir longé les campagnes luxuriantes de Nurallao, elle monte à Laconi, un bourg célèbre pour sant’Ignazio, pour le château et le jardin des marquis Aymerich et pour les menhirs, qui sont conservés dans le musée de la statuaria préistoria sarda. C’est aujourd’hui le terminus, de la ligne qui traversera la Barbagia di Belvì et le Mandrolisai, en grimpant jusqu’à presque 900 mètres.

Trenino verde sul ponte san Gerolamo
Dans la Gallura un spectacle qui change continuellement, des chênes-lièges aux oliviers sauvages, jusqu’aux vignobles

La seconde ligne de Mandas atteint Sadali, en traversant une bonne partie du Sarcidano et la Barbagia di Seulo. En chemin, vous rencontrerez les bourgs d’Orroli, Nurri, Villanova Tulo et les hameaux de Palarana et Betilli, qui longent le lac du Flumendosa, fendu par des bateaux en style Mississipi. Un paysage splendide d’eau et de nuraghès : où se détachent des phénomènes karstiques, comme la grotte is Janas, des cascades, comme su Stampu de su Turrunu, et des monuments préhistoriques, comme les nuraghe Arrubiu. Avant la gare finale de Sadali-Seulo, on passe par Esterzili, le village des murales à 700 mètre d’altitude, célèbre pour le temple nuragique Domu de Orgia et une tablette en bronze avec une inscription romaine. De juin au début septembre, le petit train halète au cours du weekend même sur le tronçon d’Ogliastro. Le parcours oriental part du port d’Arbatax, dans la splendide localité touristique de Tortolì. Le long du trajet, vous ferez une halte dans les gares en altitude d’Ilbono-Elini, Arzana, Lanusei, et Villagrande Strisaili, en traversant de merveilleux paysages comme les forêts de santa Barbara et de Selene. Le terminus se trouve dans la partie profonde de l’Ogliastra, à Gairo sant’Elena, le village qui a vécu deux fois : l’actuel centre habité a été construit à la moitié du XXe siècle plus en amont, après l’alluvion qui détruisit Gairo vecchia, qui est aujourd’hui un village fantôme.

Trenino verde - Gairo S.Elena
Dans la Gallura un spectacle qui change continuellement, des chênes-lièges aux oliviers sauvages, jusqu’aux vignobles

Des paysages de granit modelés par le vent et une étendue à perte de vue, d’oliviers sauvages, de chênes-lièges et de vignobles de vermentino. C’est la Gallura intime et profonde parcourue par le petit train. Le départ a lieu à Tempio, sur les pentes du Limbara, une gracieuse petite ville riche en sources et siège du plus célèbre Carnaval allégorique de l’Ile. Le spectacle de la nature change constamment de couleur le long du tronçon. La locomotive fait une halte dans des bourgs qui donnent sur le lac del Liscia, fendu par des bateaux touristiques. Tout près du bord on trouve les rails avec le train qui traverse la vallée de Calangianus, la capitale du liège, puis Nuchis et Luras, le village des dolmens préhistoriques et d’oliviers sauvages millénaires, parmi lesquels le patriarche d’Europe. À partir de la gare de Sant’Antonio di Gallura, vous apercevrez les campagnes géométriques d’Arzachena: les vignobles s’emparent du panorama. La vieille gare du village héberge un petit musée. Ensuite le regard donne sur la fenêtre bleue du terminus, Palau, célèbres pour les plages, les forteresses militaires, la roccia dell’Orso et la ‘porte d’entrée’ pour le parc de l’archipel de la Maddalena. La ligne nord-occidentale parte actuellement de la gare de Santa Maria di Corte, sur le territoire de Sindia, un bourg florissant au cours du Moyen-Âge, construit autour d’un monastère bénédictin. Après avoir traversé la Planargia, l’arrivée est à Bosa Marina, un hameau de la côte d’un des bourgs sardes les plus suggestifs, Bosa. Au cours du trajet vous rencontrerez Flussio, Tinnura, Tresnuraghes et Modolo, célèbres pour la malvasia, des corbeilles d’asphodèle et des tissus précieux.

Acteurs dans cet article

Attrazioni e località citate