Parcours "Deledda" à Nuoro

Cattedrale di santa Maria della neve - Nuoro

Parcours "Deledda" à Nuoro

Se promener avec le livre à la main et s'émouvoir des mots de Grazia Deledda
dans les lieux racontés par l'écrivain Prix Nobel

Une agréable promenade dans l'atmosphère de détente de Nuoro, dans les lieux repris par Grazia Deledda dans ses romans, dans les quartiers historiques de Santu Pedru et Seuna, en passant par l'église de la Solitudine, au pied du mont Ortobene, un hommage à la dépouille de l'écrivain. Dans sa maison de naissance, décrite dans « Cosima », et devenue un musée lui étant dédié, au quartier pittoresque de Seuna, écrin du sanctuaire de Nostra Signora delle Grazie, de l'église Madonna delle Grazie remontant au XVIIème siècle et du couvent des Padri Minori Osservanti, lieu décrit par l'auteur

Nuoro : Quartier Santu Pedru, Mont Ortobene, Quartier de Séuna

Durée du parcours routier : 29 mn.

Parcours : 2,5 km

Consulter la carte

Quartier Santu Pedru

L'itinéraire commence du quartier Santu Predu où se trouve la maison de naissance de Deledda, reconstruite grâce aux descriptions de son roman « Cosima », et devenue musée depuis 1983. L'intérieur présente les meubles et objets de tous les jours utilisés par l'écrivain, incluant les premières éditions de certaines œuvres. Dans la cour, il est possible d'admirer la vue panoramique donnant sur le mont Ortobene et sur le quartier. À quelques pas de la maison-musée, vous arriverez à la place Salvatore Satta, avec des sculptures en granit et trachyte de l'artiste Pinuccio Sciola en l'honneur du poète. Sur les façades des maisons du centre historique, des plaques vous permettront de lire des citations extraites des romans de Deledda.
Interno della casa di Grazia Deledda

A Nuoro se trouve la maison natale de l'écrivaine Grazia Deledda, prix Nobel de littérature en 1926. L'édifice...

Mont Ortobene

Au début de la route menant aux pentes du mont Ortobene, sur le Viale Ciusa, vous trouverez l’église de la Solitudine, qui, depuis 1959, abrite les restes de Grazia Deledda. L’église remonte au dix-septième siècle, et fut reconstruite dans les années 1950. Le portail, œuvre en bronze de l'artiste Eugenio Tavolara, représente la Vierge de la Solitude, entourée d’images de valeur symbolique. Le long de la route, vous regarderez le mont avec contemplation : « L’Ortobene – décrit l’écrivain - est (...) tout ce qui est grand et petit, de doux et de dur, d'âpre et douloureux pour nous. » Les pentes sont parsemées de sources, parmi lesquelles Milianu. En montant, dans la localité de Cuccuru Nigheddu, vous trouverez l'église de Nostra Signora remontant au XVIIème, avec sas cumbessias qui accueillaient les pèlerins durant la neuvaine, fête décrite dans les romans. Dans la montée, vous rencontrerez également une bergerie construite en exploitant l'intérieur de sa Conca Manna, grande roche creuse, et un autre sanctuaire du XVIIème siècle, Nostra Signora di Valverde, où est célébrée la fête lui étant consacrée, racontée dans « Canne al vento ». Sur le point le plus haut du Mont se dresse la statue en bronze du Christ Rédempteur. Depuis le sommet, vous pourrez admirer le panorama, allant de Gennargentu au golfe d’Orosei.
Monte Ortobene - Nuoro

Situé aux portes de la ville de Nuoro, il est facile de rejoindre le Monte Ortobene en prenant le viale Ciusa du côté est du...

Quartier de Séuna

Aujourd'hui devenu quartier historique, il fut le premier noyau autour duquel se développa Nuoro. En parcourant le Corso Garibaldi, à la fin de la rue, vous pourrez visiter le nouveau sanctuaire de Nostra Signora delle Grazie (XXème siècle). En continuant, vous arriverez à l’église de Nostra Signora delle Grazie du XVIIème siècle, avec son clocher en voile, sa rosette en granit rose et son portail. Via Manzoni, vous trouverez dans un autre lieu historique de culte : l’église de Madonna del Carmelo, construite en 1822, abritant des peintures de grande valeur. De la rue à la place Mameli, vous trouverez le couvent des Padri Minori Osservanti, remontant au XVIe siècle. Après plusieurs rénovations, au XIXe siècle, il devient le sièges des écoles fréquentées par Grazia Deledda : « Cosima a maintenant sept ans et va elle aussi à l’école [...] Le couvent a deux entrées, une pour les garçons et une autre pour filles [...] avec des fers aux fenêtres desquels il est quand même possible de voir le vert des jardins et d'entendre le bruissement des peupliers et des roseaux dans la vallée en contrebas. »

Mappa dell'itinerario