Le village se trouve à 500 mètres d'altitude sur un plateau qui relie le Gerrei au Sarrabus. C'est un territoire battu par les vents, qui donne à l'est sur la vallée du Flumendosa. Le plateau où est situé le village se développe entre le Monte Genis et le Monte Arrubiu, et connaît une alternance de formes sinueuses et plates, de pentes escarpées et de précipices profonds. Cette zone montagneuse est riche en sources et conserve des espèces endémiques d'une rare beauté. Le toponyme est composé de villa et du sarde médiéval saltu (friche, bois). Les premiers témoignages de la présence humaine dans le territoire de la commune de Villasalto remontent à l'époque nuragique. La présence de menhirs, tombes et cercles funéraires est attestée. Les nuraghes sont nombreux, à Corrolia, Scandariu et Serra Medau. Sur le Monte Arrubiu, les restes d'un village et de la nécropole romaine de Cea ont été retrouvés. Au Moyen-âge, le village a appartenu à la curatoria du Gerrei et faisait partie du Judicat de Cagliari. En 1324, le village entra dans le Royaume catalano-aragonais. Le centre historique s'est développé autour de l'église San Michele Arcangelo, avec une forme irrégulière.

Trois édifices religieux, dont deux de campagne, sont présents dans le territoire. L'église paroissiale, dédiée à Saint Michel Archange, édifiée en 1600, a des lignes sobres et des décorations simples. L'église Santa Barbara se situe sur une colline depuis laquelle la vue s'étend sur un fabuleux panorama. On peut voir les sommets du Gennargentu et les tacchi d'Ogliastra. C'était au Moyen-âge l'église paroissiale du village. La seule chapelle de campagne, à environ 2 kilomètres du village, est consacrée à Saint Christophe et après plusieurs restaurations, elle a aujourd'hui un aspect moderne. Parmi les traditions typiques, les fêtes religieuses en l'honneur des trois saints du village connaissent une grande participation. En juin, la fête en l'honneur de Sainte Barbara est très suivie. Pendant quatre jours, les rites religieux et profanes accompagnent les célébrations. Les 13 et 14 août, on fête Saint Christophe, protecteur des voyageurs, dans sa chapelle de campagne, tandis que Saint Michel Archange, patron du village, est célébré le 29 septembre. Une petite maison-musée est ouverte dans le village. Elle est entièrement faite en pierre locale, et présente les caractères typiques des maisons d'autrefois. La maison-musée s'appelle Su Mulinu (le moulin) car autrefois on y moulait le blé pour faire le pain.