Le musée se trouve dans le village de Ozieri. Décoré en style naïf, il surprend par la quantité d'objets qui y sont exposés suivant un critère peut-être plus guidé par le sentiment que par une réelle recherche muséale . en dépit de cela, il attire et conquiert vite le visiteur puisque cette collection est le résultat d'une longue recherche que Giuseppe Saba, originaire de Ozieri, a mené dans le but de récolter une grande quantité d'objets qui, sans cela, auraient probablement disparu. Ces objets, d'usage quotidien, sont liés à la civilisation agricole ou bien issus d'anciens ateliers artisanaux du village.

La Taverna dell'Aquila est donc une exposition qui se situe à mi-chemin entre une taverne et un musée ethnographique . elle doit son nom à son emblème, un aigle empaillé, offert par la famille de Giuseppe Altana, le célèbre peintre originaire lui aussi de Ozieri.

L'exposition est centrée sur l'artisanat, la civilisation agricole, le collectionnisme œnologique et la minéralogie. La première salle abrite la majeure partie d'une collection de bouteilles de liqueur et de vin pour la plupart sardes et italiennes : il s'agit-là d'un patrimoine comptant plus de 2 500 bouteilles d'un litre et environ 700 mignonettes. Parmi les plus anciennes, une bouteille de vin sarde datant de 1927 ainsi qu'une grande quantité de vermouth, de digestifs et d'alcools forts des années 40, 50 et 60 captivent le visiteur grâce à l'originalité de leurs étiquettes. Même l'usine de Torquato Marogna, un producteur local de boissons gazeuses, est représentée avec un élégant siphon à eau de seltz et tout un échantillonnage de boissons d'un autre temps, parmi lesquelles la célèbre spumetta, une espèce de Coca-Cola à l'italienne.

Le propriétaire du musée expose aussi certains types de rosolio qu'il produit lui-même comme le Brindel, le Dolce Sogno et l'Allegretto di Ozieri, toutes des liqueurs accompagnant allègrement les commérages de province et servies dans de minuscules verres d'époque.

Cette exposition, particulièrement riche, comprend aussi des objets issus du cabinet du médecin, de la boutique du cordonnier, de celle du barbier et de l'atelier du forgeron. Parmi les instruments de la civilisation agricole échappant ainsi à l'oubli, de curieux outils au nom aussi bizarre que désuet tels que : le rompiballe, une espèce de pelle à trois dents qui servait à distribuer le fourrage aux animaux, ou encore la zanzara, un rabot à pierre particulier servant à parachever les blocs de pierre tendre.

Mais le visiteur peut aussi observer des clés, des serrures, des poignées en fer forgé ou encore des céramiques piézo-électriques aux formes artistiques rappelant l'une des fiertés du village de Ozieri, à savoir qu'il a été le premier de la Sardaigne à avoir sa ligne électrique (1907). Toute une partie du musée est consacrée aux instruments d'usage domestique. Ainsi peut-on y voir de très vieux fourneaux creusés dans des blocs de tuf, des tamis, des pelles qui étaient utilisées dans la production du pain typique de Ozieri (la spianata sarde) ou encore des calorifères de différents types et aux formes variées. Enfin, la visite du musée se termine sur une belle collection de minéraux et de fossiles venant du monde entier.

Adresse : via Tempio 6, 07014 Ozieri. Tél. : 079 786249 . portable 3407176230. Propriétaire : Giuseppe Saba.