Le musée se trouve dans le Palais Boyl, au centre de Milis, qui représente un précieux exemple d'architecture néoclassique piémontaise, avec sa façade rouge. Son nom provient d'une célèbre famille qui le fit construire à la fin du XIXe siècle. Aux XIXe e et XXe siècles, il fut un lieu de rencontre pour les nobles et les écrivains, comme Gabriele D'Annunzio, Grazia Deledda et Honoré de Balzac. L'exposition permanente de costumes sardes et de bijoux du Campidano d'Oristano a été créée pour faire connaître au public l'évolution des vêtements et des ornements des populations de la province.

Un itinéraire fait d'images, de tissus, de vêtements et d'ornements permet de parcourir environ 200 ans de vie, avec une attention particulière pour les costumes des habitants de Milis, à travers les images rapportées sur la toile par différents peintres qui, entre le début du XIXe siècle et le début du XXe siècle, ont visité le village et en ont été si impressionnés qu'ils en ont peint la vie quotidienne. Ceci restitue de nos jours les aspects des costumes des différentes classes sociales d'autrefois. L'exposition comprend différentes sections : la section générale, la section costumes, la section bijoux, la section gigantographies, la section des brocarts et la section des panneaux. L'exposition permet de circuler au milieu de gigantographies de 2 m x 1,30 m, soutenues par des structures rigides opaques. Les images reproduisent les tableaux des peintres qui ont le mieux décrit les costumes typiques des endroits qu'ils visitaient, comme l'artiste Balsani qui fit le portrait d'un riche propriétaire de Milis en habit de fête, le peintre Luzzetti et son portrait d'un vendeur d'oranges en costume de tous les jours, le français Nicolas Tiole, un aquarelliste qui a peint, peut-être, le plus ancien costume de Milis (très proche de celui d'Oristano), Simone Manca, un aquarelliste de Mores, qui reporte avec une extrême délicatesse la cueillette des oranges avec des personnages féminins et masculins en costume traditionnel, et le peintre Colucci avec un portrait de femme en costume inédit. En plus de ces images, l'exposition présente des vêtements féminins d'Oristano, Samugheo, Busachi et Cabras ornés de boutons et de bijoux en filigrane, argent et corail.

Un espace est consacré aux tissus utilisés pour confectionner les différents costumes, comme le brocart, l'orbace, un tissu typique sarde, le lin. Le tout est accompagné de commentaires expliquant les différentes étapes de la fabrication du costume jusqu'à nos jours. Les costumes sont présentés sur des mannequins reproduisant les gestes de la vie quotidienne.

Adresse : piazza Martiri (Palais Boyl), Milis

Téléphone : +39 0783 51665

Propriétaire : Mairie de Milis

Horaires : sur réservation. Entrée gratuite