Ce parc, qui comprend l'île de l'Asinara et une vaste portion de mer tout autour, appartient à la commune de Porto Torres. Si du côté nord, son profil côtier présente de hautes falaises schisteuses, la côte sud en revanche est constellée de belles criques et de petites plages, caractéristiques de la morphologie granitique des rias. La végétation qu'on y trouve est typique du maquis méditerranéen thermophile avec du lentisque, de l'euphorbe, de la bruyère arborescente, du calycotome épineux, du filaire à feuilles étroites, du genévrier de Phénicie et du ciste. La flore compte 678 espèces, dont 29 endémiques, pour certaines exclusives du nord de la Sardaigne alors que d'autres le sont de la Sardaigne et de la Corse. La faune aussi est très importante puisque cette île ne compte pas moins de 80 espèces sauvages de vertébrés terrestres comme le mouflon, le sanglier, le cheval, le petit âne sarde ainsi que le petit âne albinos, typique de ces lieux. Les oiseaux que l'on peut observer sont : le rare goéland corse, le cormoran huppé, le faucon pèlerin ou la perdrix sarde. L'Asinara est par ailleurs le seul endroit en Sardaigne où l'on peut rencontrer des pies. Le milieu marin, rocheux sur le versant sud, avec des pentes raides et des anfractuosités, est en revanche plutôt sablonneux du côté ouest. La partie la plus superficielle du littoral est colonisée par deux espèces rares, à savoir l'algue rouge (Lithophyllum lichenoides) et l'arapède géante (Patella ferruginea). L'intégrité de cet écosystème est dû à l'histoire de la présence humaine sur l'île : après le Néolithique . dont la domus de janas de Campu Perdu est un bel exemple -, et le Moyen-âge où ont été construits le monastère de Camaldoli de Sant'Andrea et le Castellaccio de la Punta Maestro di Fornelli, la présence de l'homme n'est documentée qu'au XVIIème s., lorsqu'une communauté de bergers et de pêcheurs s'y installa. Puis, suite à la construction d'un lazaret et d'une colonie pénitentiaire agricole, cette communauté alla s'installer à Stintino. Des années 60 jusqu'en 1997, année où fut institué ce parc, l'île a accueilli une prison de sécurité maximale.

Il existe aussi des visites guidées organisées par le Parc, aussi bien en bateau pour profiter des côtes qu'en 4x4 pour s'aventurer dans les terres.