C'est au pied du Gennargentu, entre Lanusei et Tortolì et au milieu des plantations de vignes et d'oliviers que s'élève le village de Ilbono, dont le nom est probablement né avant l'époque romaine. Le centre urbain s'articule autour de la place principale . Piazza Funtana de Idda . vers laquelle convergent toutes les rues les plus importantes du village. Les alentours conservent des traces d'installations humaines datant du néolithique, comme les sépultures en domus de janas de Scerì. Au Moyen-Âge, le village fit partie du règne de Calari avant d'appartenir, à partir de 1258, au règne de Gallura. Puis, après une brève période sous la domination de la Commune de Pise en tant que possession d'outre-mer (1288-1324), il passa sous le pouvoir de la couronne catalano-aragonaise.

Au centre du village, l'église paroissiale de San Giovanni Battista - construite au XVIIe s. sur un édifice précédent qui était probablement en style roman - est située non loin de l'église de San Cristoforo (XVIIe-XVIIIe s.) de laquelle on jouit d'un panorama spectaculaire sur tout le village. Mais les deux petites églises champêtres de San Rocco et San Pietro valent elles-aussi le détour. En outre, les campagnes environnantes abritent une aire archéologique joliment intégrée dans le paysage, puisqu'elle comprend un donjon en granit autour duquel serpente le fleuve Tèscere. À Scerì se trouve aussi un nuraghe complexe construit en blocs de granit et entouré d'un village et, non loin de là, entre deux énormes blocs erratiques en granit, on peut observer deux domus de janas monocellulaires.