Selon la tradition, le château d’Acquafredda fut construit par la famille Della Gherardesca lorsqu’elle pris possession de la partie sud-ouest de la Sardaigne. En effet, le comte Ugolin de Donoratico, seigneur de la région de Cagliari, immortalisé par Dante Alighieri dans le Chant XXIII de l’Enfer, en devint le propriétaire en 1257. Toutefois, la forteresse du château, mentionnée dans une bulle pontificale de 1215, fut construite bien avant. Après la mort d’Ugolin (1283), le château passa à Pise, puis à la Couronne d’Aragon (1324) puis d'un seigneur féodal à l’autre jusqu'à ce que Victor-Amédée III, roi de Sardaigne, ne le reprenne en 1785.

Construit au sommet d’une colline, le château domine fièrement la commune de Siliqua, située à quatre kilomètres. Après avoir gravi la colline, vous pourrez profiter d’un panorama s’étendant de la vallée verdoyante de Cixerri jusqu’à Cagliari, de la région de Marmilla à la région d’Iglesiente. Au lever et au coucher du soleil, vous pourrez regarder les ombres gagner la vallée. Le château se dresse sur le maquis méditerranéen et s’articule sur trois niveaux en harmonie avec la pente. Une porte, autrefois défendue par trois tours reliées par un mur d’enceinte, vous mènera à 150 mètres d’altitude. Le mur central, récemment rénové, est toujours sur pieds. La ligne défensive protégeait le village et ses logements, ses entrepôts, ses écuries, ses réservoirs et ses moulins. À mi-hauteur, environ 200 mètres, se dresse le réservoir d’eau : le nom Acquafredda (eau froide en français) dérive d’une source qui jaillit des rochers de la colline. Dans la partie la plus haute (250 mètres), s’élèvent les imposants murs du donjon, où vivait le châtelain, et accessible par un pont levis. L’édifice comportait un sous-sol avec un réservoir (aujourd’hui encore bien conservé), deux étages et une terrasse surmontée de merlons. L’entrée menait à un espace autour duquel les différentes pièces étaient disposées. Au deuxième étage, vous pourrez découvrir la tour de garde, intacte, où fut peut-être emprisonné Vanni Gubetta, qui, avec l’archevêque Ruggeri (également en Enfer dans la Divine Comédie de Dante), trahit Ugolin.

Au pied de la colline, vous pourrez profiter d’une pause après une promenade dans une forêt d’eucalyptus et de pins dotée d’un espace pique-nique. Vous aurez la possibilité de déambuler le long des sentiers et d’observer les oiseaux sur le territoire du Domo andesitico di Acquafredda, un site riche en points d’intérêt : historiques, naturels, paysagers, géologiques, floristiques et faunistiques. Des rapaces rares y nichent et survolent la forteresse : crécerelles, buses ou encore faucons crécerellettes.