Des plages très appréciées

spiaggia di Porto Giunco - Villasimius

Des plages très appréciées

Depuis toujours elles représentent les destinations les plus désirées : voici les plages de la Sardaigne préférées par les voyageurs au cours des quatre dernières années
Le Mont Turno, la crique la plus aimée en Italie en 2018, et Porto Giunco, un chef-d’œuvre de la nature

Une merveilleuse baie au sud-est, comprise entre la Marina di san Pietro et le rocher de Sant’Elmo, aux portes du long et magnifique littoral de Costa Rei. Cala de Monte Turno est une des perles de Castiadas qui a été choisie comme la plage la plus belle de 2018. Son arc de sable blanc et doux ‘casse’ le jeu des couleurs entre le bleu de la mer, le vert de la végétation et la roche volcanique foncée à proximité. À environ 15 kilomètres plus au sud, à la point sud-est de l’île, vous serez ébloui par la beauté de Porto Giunco, une oasis sans égal de la zone maritime protégée de Villasimius-Capo Carbonara. Choisie en 2014 comme la première parmi les sardes, elle fut ‘seulement’ la cinquième en général. Un chef-d’œuvre de la nature, où le bleu du ciel se confond avec le bleu des eaux, sur une ‘palette’ qui semble peinte par un artiste et qui a inspiré des metteurs en scène et des artistes comme décor de spots publicitaires. Tout autour, l’air est parfumé par des eucalyptus et le maquis, derrière l’étang de Notteri s’étend, c’est l’habitat des flamands roses, qui crée un effet très particulier, un coin de sable blanc au milieu de deux étendues bleues.

Spiaggia di Portixeddu - Buggerru
Même trois plages de la pointe sud-ouest brillent dans le classement 2018

À la cinquième place du classement 2018 nous trouvons la très belle plage du promontoire de Capo Malfatano, sur le territoire de Teulada, placée au centre entre Tuerredda, la plage-symbole de la Sardaigne et Piscinnì. Un lieu merveilleux pour sa nature et son histoire : du sable au grain moyen et des galets, des fonds très bas et des criques avec des rochers et des écueils d’une couleur ambrée. La baie, à l’abri des vents, devint d’abord un point d’abordage phénicien, puis punique, dès le VIe siècle av. J.-C. Sixième dans les préférences, voici Portixeddu, la dernières plage du Sulcis – sur le territoire de Fluminimaggiore – avant la Costa Verde. Il s’agit d’une étendue de plus de deux kilomètres de sable fin et clair baignée par une mer cristalline, souvent agitée par le mistral et parfaite pour le surf. Elle est divisée en deux parties à partir de l’embouchure du rio Mannu. Dans la liste des dix meilleures, à la dixième place, on trouve une autre merveille sulcitaine, pour la précision, iglésiente : Masua, la localité qui unit le charme de villages miniers fantômes et des lieux d’extraction désaffectés à la mer bleue, surveillée par des stacks qui surgissent de la mer, comme Pan di Zucchero.

Cala Corsara - Spargi - Arcipelago della Maddalena
Le premier succès sarde remonte à 2016 avec Cala Corsara, le paradis de l’archipel de la Maddalena

Un lieu qui unit des nuances infinies de la mer et le charme de la nature sauvage qui envahit les rochers de la côte. Cala Corsara est une baie au sud de Spargi, un ilot-joyau du parc national de l’archipel de la Maddalena. La crique se divise en quatre petites plages de sable quasiment impalpable, entourées de petites dunes où poussent des plantes rares, comme les roses et les lys de mer, au milieu des genièvres et des genêts. Certains rochers granitiques surprennent par leur forme qui est l’œuvre de l’érosion du vent et de l’eau. La côte nord, en face de l’archipel, fut la protagoniste même en 2014, quand Cala Spinosa, une splendide baie de Santa Teresa Gallura, fut choisie comme la septième destination des désirs et, en 2015, l’année avec le plus grand nombre de plages sardes au classement, quand la plage de Capo Coda Cavallo entra elle-aussi dans la liste des dix meilleures. Une partie de sable doux qui s’étend sur un morceau de terre granitique, protégée par la masse imposante de l’île de Tavolara, par les rochers de Molara et par l’ilot pittoresque de Proratora, forment une zone maritime protégée qui est le symbole de la Sardaigne. Sous l’eau, il existe un monde spectaculaire à découvrir.

Cala Mariolu - Baunei
Cala dei Gabbiani et Cala Marolu, deux joyaux contigus de l’incomparable côte de Baunei

“Encore peu connue, éclipsée par la célébrité de la voisine Cala Mariolu (…), elle présente les mêmes caractéristiques : de l’eau cristalline avec des nuances de vert et de bleu, une falaise polie par le temps et une plage de galets blancs ”. C’est la raison pour laquelle, en 2017, Cala dei Gabbiani, la ‘perle’ la moins célèbre parmi les nombreux paradis intacts de l’Ogliastra, frisa le record, car elle fut choisie à la seconde place absolue par Skyscanner. Même place en 2014 pour la ‘jumelle’ Cala Mariolu, dont Cala dei Gabbiani représente la suite naturelle. Elles partagent le même impact scénographique et sont deux des nombreux joyaux de la côte de Baunei, dans la partie sud du golfe d’Orosei. Elles sont séparées par la falaise plate de la pointe Ispuligi. Jusqu’à la fin du XXe siècle, la partie du littoral était indiquée comme Ispulige de nie, ‘les puces de neige’, en raison des galets polis par les ondes, aplatis et ronds, similaires à des dragées, qui les caractérisent, dans une alternance de couleurs : crème, blanc et rose sur le rivage.

Spiaggia Golorizé
Même d’autres criques d’Ogliastra sont souvent les protagonistes du sommet du classement

La côte centre-est de la Sardaigne, sur le territoire de Baunei, est une série de criques incomparables, accessibles uniquement par la mer ou à travers des trekkings difficiles. Outre Cala dei Gabbiani et Cala Mariolu, d’autres ont été également sélectionnées dans le classement du portail international. En 2015, la seconde place fut décernée à Cala Goloritzé, une des plus belles criques de la Méditerranée, le monument national : elle se compose elle aussi de galets blancs polis, d’eaux turquoises qui jaillissent des sources carsiques sous-marines et de rochers en marbre modelés par le temps. Tout autour se dresse la majesté de Perda Longa et de l’aiguille du mont Caroddi, en forme de pyramide. Un autre lieu magique monta sur la troisième marche du podium en 2016 : la magnifique Cala Biriola, un peu plus au nord, une petite plage délicieuse protégée par une falaise calcaire qui décrit un arc de plus de deux kilomètres, couverte par un bosquet de chênes verts séculaires, de genévriers accrochés sur la roche et le maquis. Quelques dizaines de kilomètres plus au nord, sur le territoire de Dorgali, brille la beauté de Cala Fuili, qui obtint en 2015 la dixième place dans les préférences : c’est une merveille digne d’un film, qui apparait sur le plateau de ‘Travolti da un insolito destino’ (1974). (Vers un destin insolite, sur les flots bleus de l'été).

Sujet

Acteurs dans cet article

Ce qui pourrait également vous plaire

Altri articoli che potrebbero interessarti