Chevauchée sarde, la fête de la beauté

Amazzoni alla Cavalcata Sarda

Chevauchée sarde, la fête de la beauté

Les couleurs et les sons de l'Île. Le mois de mai représente toujours un moment d'authenticité et de tradition avec la célébration laïque de la Sardaigne : Sassari, le “salon” dans le nord, devient le centre du peuple sarde
un sens de communauté profond et authentique

Les chanteurs a tenore alternent leur chant au pas des chevaux. Les chevaliers et les amazones rendent hommage aux spectateurs et aux autorités en offrant des pains, des gâteaux et des primeurs. Des sabots au trot explosent pour former d'audacieuses pariglie : les cavaliers de Sedilo et les sartiglieri d' Oristanos'élancent. Les Mamuthones de Mamoiada et les Boes et Merdules d' Ottana capturent les regards et les objectifs des appareils photo avec leurs masques chargés de charme et de mystère. Les launeddas du Sarrabus entourent le cortège et la soirée finale. Ce sont des sons et des couleurs, des musiques et des danses, des bijoux et des costumes de la Chevauchée Sarde de Sassari, où chaque année, au cours de l'avant-dernier dimanche de mai, se rencontrent les particularités identitaires de toutes les communautés de l'ile. Un spectacle inoubliable pour sa richesse et sa majesté, une grande fête printanière, le plus grand événement laïque de la Sardaigne.

Donne in abito tradizionale
Cavalcata sarda - Sassari
Abito tradizionale - Desulo
un cortège de trois mille costumes traditionnels et des centaines de cavaliers et d'amazones

Une atmosphère unique et inoubliable. Le clou de l'événement commence le matin du dimanche par le défilé le long d'un parcours de deux kilomètres dans les rues du centre historique de Sassari. Des groupes provenant de toute la Sardaigne défilent à pied et sur les traccas, des chariots trainés par des bœufs et décorés de fleurs. Tous portent le costume traditionnel, caractéristique du lieu de provenance, souvent enrichi de belles broderies et de bijoux en filigrane d’or et d'argent. Après un cortège imposant de plus de trois cents cavaliers. L'après-midi est dédié aux pariglie, des joutes équestres au cours desquelles les cavaliers les plus courageux exécutent des acrobaties spectaculaires sur des chevaux en course, dans l'hippodrome de la ville. Au cours de la soirée sur la place d’Italia, vous pourrez écouter des chants et des danses traditionnelles sur les notes de launeddas, des chants à tenores et accordéons, jusqu'à la nuit.

Cavalcata sarda
Gioielli in filigrana - Campidano
tout ceci est issu de la fierté et de la passion de l'ancienne noblesse de Sassari

La nature laïque et entrainante de la fête remonte à la fin du XIXe siècle, depuis lors son charme est immuable. Selon l'écrivain Enrico Costa, la première édition de la Chevauchée remonte à 1711, à la fin de la domination espagnole, quand le conseil municipal décida de rendre hommage au roi Philippe V d'Espagne. Toute l'orgueilleuse noblesse tatharesa y prit part. La manifestation, à laquelle vous pouvez assister aujourd'hui, est née officiellement en 1899 à l'occasion de la visite du roi Humbert Ier et de son épouse, Marguerite de Savoie, arrivés en ville pour l'inauguration du monument à Victor Emmanuel II. Trois mille personnes provenant toutes de la province de Sassari, y prirent part, en costumes traditionnels. Les éditions de 1929 et de 1939 accueillirent également des membres de famille royale. Au cours des dernières années, le cortège du défilé compte à lui seul trois mille personnes.

Piazza d'Italia - Sassari
Suonatori di Launeddas
tavolara_cavalcata_sarda_1940
la magie des rituels immuables, mais toujours chargés d'émotions

La tradition s'est consolidée avec le temps et est devenu un défilé folklorique des costumes traditionnels de toute la Sardaigne et a fini par avoir une fréquence annuelle. Une expression authentique et fière de la culture sarde qui invite à découvrir la combinaison unique d'un sens de communauté très fort, l'essence de la Sardaigne et de ses beautés naturelles, culturelles, artisanales et œnogastronomiques. Vous vivrez de l'intérieur la magie d'un cérémonial immuable, mais qui provoque chaque année de nouvelles émotions. Des musiques anciennes résonnent dans les rues, des protagonistes et des spectateurs se mélangent dans un spectacle qui est un musée vivant, fait de femmes, hommes et enfants avec les costumes traditionnels, corsages, jupes, couvre-chefs couverts et berritte.